Après « Peggy Pickit », nous poursuivons le cycle « Théâtre de l’Intime » avec un diptyque Pinter: « L’Amant » et « Ashes to Ashes ».

affiche60x40_sansbandeau

affiche Olivier Thévin :  http://www.olivierthevin.com/

 

Du 8 novembre 2016 jusqu’au 24 janvier 2017 à 20h30 (L’Amant) et à 21h30 (Ashes to Ashes) à L’Essaïon, 6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Réservation au 01 42 78 46 42. Venez!

Deux pièces de Harold Pinter, prix Nobel de la littérature:​ l’une du début​,​​ ​l’autre de la fin de sa carrière​;​​ ​l’une classique et drôle​,​ l’autre moderne et plus inquiétante​, envoûtante et hallucinatoire. Deux couples​ ​:​ ​l’un qui exclut le monde extérieur pour mieux cimenter sa relation​ ​en jouant eux-mêmes les rôles d’amant et de maîtresse​ ​​​(​mais tout ne va pas comme prévu​​…)​; l’autre qui éclate​ ​​lorsque le ​monde extérieur ​fait irruption​ ​​de façon surréaliste​ dans son salon.

Extraits de presse:

« La mise en scène d’Hooper sait trouver la sensualité et la férocité qui s’épaulent ou s’éloignent l’une de l’autre selon les moments… Mitch Hooper et ses interprètes ont un sens diabolique de la lumière noire du grand Pinter. » Gilles Costaz

http://www.webtheatre.fr/L-Amant-Ashes-to-ashes-de-Pinter

« Dans la mise en scène proposée, les couples sont plus vrais que nature, leurs répliques délicieusement imprévisibles, la situation évolue aussi tranquillement qu’inexorablement. Bref, pour peu qu’on soit sensible à l’univers délicat et décalé de Pinter, on se délecte… » Pierre François

http://www.holybuzz.com/2016/11/theatre-lamant-et-ashes-to-ashes-de-harold-pinter-au-theatre-essaion-a-paris/

« Mitch Hooper dirige ses deux comédiens avec beaucoup de finesse et de doigté. Delphine Lalizout et Olivier Foubert nous feraient presque croire à la simplicité et au réalisme d’Harold Pinter. Bref, c’est gagné. On en redemanderait même… » Jean-Luc Jenner

http://evene.lefigaro.fr/culture/agenda/l-amant-4819578.php

« Ce qui donne aux textes d’Harold Pinter leur relief autant que leur profondeur, c’est que le jeu avec l’absurde n’est pas gratuit. Derrière les expressions soutenues, derrière les dialogues guindés, derrière le burlesque de la situation apparaissent des rapports de domination qui intriguent et dérangent. Mitch Hooper fait tour à tour se croiser, se toucher, s’attirer et se repousser, se soumettre et se battre les corps. » Morgane P.

http://bullesdeculture.com/2017/01/l-amant-ashes-to-ashes-critique.html

« Delphine Lalizout incarne une Sarah gracieuse, légère et mystérieuse, soucieuse de plaire à son mari. Olivier Foubert incarne Richard, volontaire, curieux et impérieux, qui sonde le cœur de son épouse. D’eux se dégage une complicité tranquille et une force surprenante. Ils sont réellement ce couple qui se protège et se déchire. Leur couple de théâtre fonctionne à merveille. » Angélique Josse

http://www.carreor.tv/lamant-au-theatre-essaion/

« Le couple Delphine Lalizout, Olivier Foubert s’impose comme une évidence. Leur réelle complicité théâtrale en fait un couple crédible que l’on souhaite voir et revoir encore. Ils possèdent une grande maitrise des silences et de la force dans leurs regards. Ils passent du velours aux cris avec une facilité impressionnante. Ils font penser à ces équilibristes qui se jettent dans le vide avec la confiance incroyable que leur partenaire va les rattraper. Voilà un très joli jeu d’acteurs qui, malgré la difficulté du sujet abordé, en font de la haute voltige. » Angélique Josse

http://www.carreor.tv/ashes-to-ashes-au-theatre-essaion/

« Il faudra être attentif aux mots prononcés par les deux protagonistes et à la manière dont ils les prononcent pour tirer le suc de cette tragi-comédie conjugale aux accents beckettiens. Sous la houlette de Mitch Hooper, fin connaisseur du Maître anglais, Delphine Lalizout et Olivier Foubert s’adonnent à cette partie subtile de non-dits. » Philippe Person

http://www.froggydelight.com/article-18241-L_Amant.htm

« Si l’on ne ressent pas dans le travail de Mitch Hooper la frustration que laissait celui de Gérard Desarthe sur le même texte, il faut peut-être y voir l’effet « diptyque », le dispositif simple proposé dans « L’Amant » étant une excellente préparation à la construction plus sophistiquée et au contenu plus « sérieux » d’ « Ashes to Ashes ». » Philippe Person

http://www.froggydelight.com/article-18242-Ashes_to_Ashes.html

« Très bien construite, cette pièce est mise en scène avec simplicité et rigueur par Mitch Hooper. Les deux comédiens, Olivier Foubert et Delphine Lalizout, sont justes, savent passer d’un personnage à l’autre, du mari à l’amant, de l’épouse à la putain. Ils sont touchants quand ils ne se retrouvent plus dans leur propre jeu et qu’ils s’y perdent. » Sylviane Bernard-Gresh

http://sortir.telerama.fr/evenements/spectacles/l-amant,227323.php

 

Photos Garance Thibault

 

cama7613-36

 

 

 

 

 


cama7892-8